Liens de la barre de menu commune

  •  

Archivée - 1. Notre mandat et notre démarche

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Le 12 juillet 2007, les ministres de l’Industrie et des Finances ont annoncé la mise sur pied du Groupe d’étude sur les politiques en matière de concurrence. Outre son président, M. Wilson, il comprend M. Murray Edwards, Mme Isabelle Hudon, M. Thomas Jenkins et M. Brian Levitt. Nous avons reçu pour mandat d’examiner les politiques canadiennes portant sur la concurrence et l’investissement étranger et de présenter des recommandations au ministre de l’Industrie, au nom du gouvernement du Canada, en vue de rendre le Canada davantage concurrentiel dans un marché de plus en plus mondialisé1. Le Groupe d’étude a été chargé de faire des recherches, de tenir des consultations et de produire un rapport en juin 2008.

Les membres du Groupe d’étude proviennent de plusieurs régions et secteurs du pays et apportent une large gamme de compétences commerciales et professionnelles. Nous avons mis l’ensemble de notre expérience au service de cette mission et partageons un vif désir de permettre au Canada de mieux réussir. Nous avons tous à cœur d’en arriver à une meilleure compréhension des forces économiques en jeu au Canada et dans le monde, ainsi que de leurs effets sur l’économie et la qualité de vie au pays. Nous croyons que le Canada peut livrer concurrence à l’échelle internationale et qu’il en sortira gagnant si les conditions sont propices et les obstacles, aplanis.

Notre rapport porte sur une simple proposition : le fait d’améliorer la performance économique globale du Canada permettra aux Canadiens de rehausser leur niveau de vie. Une performance économique solide se traduit par des emplois meilleurs et plus nombreux ainsi que par des salaires plus élevés, ce qui entraîne des revenus gouvernementaux plus importants pour bien appuyer les services et programmes auxquels les Canadiens se sont habitués. Nos recommandations visent à corriger la lente croissance des revenus personnels au Canada. Notre objectif est de créer les conditions qui sous-tendront un contexte économique robuste dont les prochaines générations de Canadiens pourront hériter.

Dans ce rapport, nous proposons un programme national de compétitivité en vue d’atteindre cet objectif. Sa réalisation renforcera la compétitivité dans l’ensemble de l’économie et soutiendra de nouvelles réussites canadiennes sur la scène mondiale. Nos recommandations visent à promouvoir des flux bidirectionnels de talents, de capitaux et d’innovations entre les marchés canadiens et les marchés mondiaux. Notre démarche exige un solide engagement à l’ouverture d’esprit et est tributaire d’une collaboration et d’une harmonisation efficaces entre les institutions gouvernementales et commerciales et celles chargées de l’éducation.

La compétitivité dépasse le simple cadre d’une politique gouvernementale. D’autres intervenants – dont les entreprises, les associations de travailleurs et les établissements d’enseignement, ainsi que tous les Canadiens – ont un rôle clair et essentiel à jouer dans le renforcement de la compétitivité du Canada. Nous estimons que le rôle du gouvernement est de fournir un cadre qui présente les conditions propices à la compétitivité. Pour cela, il faut ôter les entraves juridiques, réglementaires et politiques à la concurrence, et mettre en place les conditions permettant aux entreprises canadiennes de mieux livrer concurrence sur les marchés mondiaux. Il reste aux Canadiens à relever le défi d’être ambitieux, à faire preuve d’initiative, à assumer des risques, à investir et à rechercher les débouchés que l’économie mondiale ouvre en matière de création d’emplois et de richesse au Canada.

Dans le cadre de ses délibérations et consultations, le Groupe d’étude s’est beaucoup déplacé à la recherche des meilleures idées pour préparer le Canada à livrer concurrence sur la scène mondiale.

Notre document de consultation, Investir dans la position concurrentielle du Canada, publié en octobre 2007, a soulevé des questions et sollicité des mémoires2. Cet appel a donné lieu à 155 mémoires soumis par des entreprises, cabinets juridiques, gouvernements, particuliers, universitaires, syndicats et organismes culturels et d’intérêt public au Canada, ainsi que par des parties intéressées de l’étranger. La diversité et l’envergure des conseils qui nous ont été offerts nous ont été très utiles.

Nous avons également examiné les meilleures pratiques internationales avec des représentants américains et australiens, ainsi qu’avec des représentants de l’Organisation de coopération et de développement économiques et de l’Union européenne. De plus, nous avons mené un programme de recherches pour compléter nos consultations et délibérations ainsi que les recherches faites par d’autres organisations. Nous avons commandé plus de 20 études de recherches dans des domaines de politique ayant des répercussions tant sur la capacité du Canada d’attirer du capital et des gens de talent que sur la compétitivité des entreprises canadiennes à l’échelle internationale.

Entre janvier et mars 2008, nous avons traversé le Canada pour rencontrer des groupes et des dirigeants du milieu des affaires; des dirigeants des gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux et municipaux; des représentants du secteur public, des syndicats et des universités; des experts en politique; et des associations et des organismes d’intérêt public. Dans le cadre de 13 journées de séances de consultations et de tables rondes, le Groupe d’étude a entendu plus de 150 personnes et organisations dans de nombreuses villes canadiennes. Nous avons été impressionnés par l’enthousiasme et l’engagement en faveur d’une amélioration de la compétitivité canadienne.

Nos points de vue et nos recommandations sont fondés sur les mémoires soumis, nos délibérations, consultations et recherches, ainsi que notre expérience.