Liens de la barre de menu commune

  •  

Archivée -

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Tableau 1 – Les six principaux pays quant à l’immigration nette et à l’émigration nette, 2005-2050

On s’attend à ce que le Canada arrive au troisième rang des pays qui attirent le plus d’immigrants entre 2005 et 2050. Le Canada devrait en attirer 200 000, c’est-à-dire un peu moins que l’Allemagne et ses 202 000 immigrants. Ce sont les États-Unis qui devraient en attirer le plus avec 1,1 million. On prévoit que la Chine et le Mexique seront les deux pays à connaître la plus grande émigration nette entre 2005 et 2050.

 

Figure 1 – Le Global Express de Bombardier, origine des composants

Les composants d’un aéronef assemblé au Canada proviennent de partout dans le monde : Canada, États-Unis, Royaume-Uni, Union européenne et Japon.

 

Figure 2 – La part prévue des pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) dans le produit intérieur brut mondial, 2006-2050

On prévoit que la part du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine dans le produit intérieur brut mondial s’élèvera régulièrement pour atteindre 22 p. 100 en 2010 et 66 p. 100 en 2050.

 

Figure 3 – La distribution géographique des exportations du Canada en 2007

La grande majorité des exportations du Canada sont envoyées aux États-Unis, et les autres petits volumes d’exportations sont envoyés en Europe, en Asie, en Amérique latine et dans le reste du monde. Le Canada exporte des volumes relativement petits vers le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, qui sont des pays émergents.

 

Figure 4 – La croissance de la productivité du travail de certains pays de l’OCDE, 1981-2006

Depuis 25 ans, la croissance de la productivité du travail du Canada accuse un retard par rapport à celle de la majorité des pays industrialisés. Le Canada devance seulement l’Islande et la Suisse et est loin derrière la Corée, l’Irlande et la Finlande, qui ont les meilleurs taux de croissance.

 

Figure 5 – L’écart relatif de la productivité du travail au Canada, 1991-2007

La productivité du travail au Canada dans les secteurs de la fabrication et des affaires est à la traîne par rapport à celle des États-Unis et continue à régresser. L’écart se creuse plus dans le secteur de la fabrication que dans celui des affaires.

 

Figure 6 – La part réduite du secteur de la fabrication dans le produit intérieur brut des économies développées, 1991-2007

La part du secteur de la fabrication dans le produit intérieur brut a chuté dans les économies développées telles que l’Allemagne, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada. Après avoir atteint 20 p. 100 en 1971, la part du secteur de la fabrication dans le produit intérieur brut du Canada a été inférieure à 15 p. 100 en 2006. Cette tendance est semblable aux autres économies développées.

 

Figure 7 – Le pourcentage de biens sous contrôle étranger, 1965-2005

Durant l’existence de l'Agence d'examen de l'investissement étranger, de 1973 à 1985, le pourcentage de biens canadiens et le pourcentage de revenus canadiens, tous deux sous contrôle étranger, ont chuté. Cette baisse s’est prolongée jusqu’à la fin des années 80 et il y a eu ensuite des reprises marquées au début des années 90.

 

Figure 8 – Le stock d’investissement étranger direct en pourcentage du produit intérieur brut, 2006

Parmi les économies du G7 en 2006, le Canada se classe au troisième rang quant aux stocks d’investissements allant à l’étranger et provenant de l’étranger en pourcentage du produit intérieur brut (PIB). Tandis que les investissements directs allant à l’étranger constituent environ 35 p. 100 du PIB, le stock d’investissement direct provenant de l’étranger atteint 30 p. 100. Les pays du G7 qui devancent le Canada sont le Royaume-Uni et la France. Le Canada se situe au-delà des moyennes mondiales, qui sont de 26 et de 24 p. 100 respectivement.

Tableau 2 – Le plafond de la propriété étrangère, pays sélectionnés, 2002

Dans le secteur du transport aérien, le Canada limite à 25 p. 100 le plafond de la propriété étrangère des routes nationales et internationales. Cette restriction contraste avec celle de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande qui permettent la propriété totale des routes nationales et 49 p. 100 des routes internationales. D’autres pays imposent des restrictions plus sévères que celles du Canada. En effet, la Corée, la Chine, le Japon, Taiwan et l’Inde ont des plafonds qui se situent entre 33 et 35 p. 100.

 

Figure 9 – Les taux de pénétration de la téléphonie cellulaire, 2005

Parmi les 18 pays faisant partie de l’Organisme de la coopération et du développement économiques (OCDE) et parmi les économies du G7, le Canada arrive au dernier rang quant au nombre d’abonnés mobiles par centaine d’habitants. Le Luxembourg arrive au premier rang avec 157 et l’Italie, au second avec 122, tandis que le Canada est loin derrière avec 52. Le Canada est également bien en deçà de la moyenne des pays de l’OCDE, qui est de 80.

 

Figure 10 – Fusions au Canada soumises à l’examen du Bureau de la concurrence, 2002-2007

Parmi les 7 937 fusions effectuées entre 2002 et 2007, le Bureau de la concurrence en a examiné seulement 1 431, dont 15 ont exigé des mesures. Les 6 491 fusions restantes n’ont pas fait l’objet d’un examen.

 

Figure 11 - Distribution géographique de l’investissement canadien direct à l’étranger, 2007

Les États-Unis sont au premier rang des endroits où s’effectue l’investissement canadien étranger; vient ensuite l’Europe avec 26 p. 100. Parmi les 30 p. 100 restants, 21 p. 100 se font dans les Caraïbes, en Afrique, en Océanie et au Mexique. Par ailleurs, l’investissement direct canadien dans les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) compte pour seulement 2 p. 100.

 

Figure 12 – Les dépenses de recherche et développement du secteur des entreprises en pourcentage du produit intérieur brut, 2000 et 2005

Le Canada arrive à l’avant-dernier rang parmi les pays du G7 lorsqu’il s’agit des dépenses de recherche et développement du secteur des entreprises. Le pourcentage pour ce type de dépenses était de 1,16 p. 100 du PIB en 2000 et a diminué pour atteindre 1,07 en 2005. Ces pourcentages sont bien en deçà des moyennes des pays de l’OCDE, qui sont de 1,55 et de 1,53 respectivement.