Archivé — Des chercheurs découvrent une nouvelle planète dans un autre système solaire

Une image des quatre planètes gravitant autour de l'étoile HR 8799, à quelque 129 années-lumière de la Terre. Obtenue grâce au télescope Keck II, l'image a été améliorée au moyen d'un nouvel algorithme mis au point par le CNRC. On y voit clairement les quatre planètes confirmées, dont HR 8799e, la dernière planète à avoir été découverte. Les flèches illustrent les orbites possibles des planètes au cours de la prochaine décennie.

Source : L'Institut Herzberg d'astrophysique du CNRC, C. Marois et Keck Observatory

Une équipe internationale d'astronomes a découvert une quatrième planète géante, HR 8799e, à l'extérieur de notre système solaire. Cette nouvelle planète s'ajoute aux trois autres qui ont fait l'objet des premières images jamais prises d'un système planétaire gravitant autour d'une autre étoile que le Soleil. Les planètes en question tournent autour de l'étoile HR 8799, située à environ 129 années-lumière de la Terre et à peine visible à l'œil nu.

Les quatre planètes qui gravitent autour de HR 8799 ont à peu près la même taille et leur masse équivaut à cinq à sept fois celle de Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire. La planète qui vient tout juste d'être découverte gravite plus près de HR 8799 que les trois autres. Si elle tournait autour du Soleil, on la retrouverait entre Saturne et Uranus.

L'équipe internationale, qui a collaboré à la rédaction d'un article paru dans la revue Nature le 8 décembre dernier au sujet de la découverte, incluait l'astronome Christian Marois, du Conseil national de recherches Canada (CNRC), de Victoria (Colombie-Britannique); un professeur de physique et d'astronomie de la University of California, Los Angeles (UCLA), Benjamin Zuckerman; un théoricien des exoplanètes au Lowell Observatory, Travis Barman; ainsi qu'un astrophysicien, Bruce Macintosh, et un chercheur postdoctoral, Quinn Konopacky, tous deux du Lawrence Livermore National Laboratory.

« Avec la découverte du système planétaire HR 8799, en 2008, nous avons franchi un jalon dans la quête d'autres mondes », a déclaré M. Marois. Ce dernier a mis au point un logiciel de traitement rehaussant la qualité des images qui a rendu possible la découverte. « Les photos de la nouvelle planète intérieure marquent le point culminant de dix années d'innovations et de progrès constants en vue d'optimiser chaque aspect de l'observation et de l'analyse. Comparativement à ce qui était réalisable auparavant, on peut désormais détecter des planètes plus près que jamais de leur astre et de plus en plus éloignées du système solaire. »

« La découverte de cette quatrième planète géante accentue davantage la remarquable ressemblance entre le système planétaire HR 8799 et le nôtre. Outre quatre planètes géantes, les deux systèmes possèdent deux ceintures de débris faites de petits corps rocheux ou glacés dans un amas de particules de poussière », a précisé le professeur de physique et d'astronomie de la UCLA et coauteur de l'article paru dans Nature, Benjamin Zuckerman.

La masse du système planétaire HR 8799 est considérablement plus grande que celle du système solaire. Les astronomes estiment que la masse combinée des quatre planètes géantes pourrait être vingt fois plus grande que celle des planètes du système solaire, et que les ceintures de débris du système HR 8799 comprendraient une masse beaucoup plus importante que leurs homologues solaires.

Il sera difficile de mener des études approfondies des propriétés de la planète HR 8799e en raison de sa proximité à son étoile et parce qu'elle est relativement peu visible. Pour surmonter ces difficultés, Bruce Macintosh supervise des travaux visant à mettre au point un imageur des exoplanètes de pointe, le Gemini Planet Imager, pour l'observatoire Gemini. Ce nouvel appareil bloquera la lumière stellaire pour autoriser une détection rapide et une caractérisation détaillée des planètes semblables à HR 8799e. La UCLA et le CNRC collaborent à la mise au point de cet appareil.

Les travaux de recherche en astrophysique du CNRC sont menés par l'Institut Herzberg d'astrophysique. En plus d'être un chef de file en matière de conception d'instruments évolués et de traitement d'images, l'Institut s'emploie à effectuer le transfert de ses connaissances et technologies vers d'autres disciplines.

Reconnu à l'échelle mondiale pour ses travaux de recherche et ses innovations, le CNRC est un chef de file dans le développement au Canada d'une économie novatrice axée sur le savoir, grâce à la science et à la technologie.

  • RSS
  • Partager
Date de modification :