Archivé — Le gouvernement du Canada investit 15 millions de dollars dans la lutte contre le cancer du sein, les maladies respiratoires et d'autres maladies touchant les Canadiens

Le gouvernement du Canada appuie des projets de recherche en santé de calibre mondial au profit des Canadiens.

Toronto (Ontario), le 9 juin 2011.

Mme Molly Shoichet, récipiendaire du Programme de projets de recherche concertée sur la santé, explique à l'honorable Gary Goodyear, ministre d'État (Sciences et Technologie), la nature de son projet de recherche.

Source : Dave Chan

Le 9 juin 2011, le ministre d'État (Sciences et Technologie), l'honorable Gary Goodyear, a annoncé à l'Université de Toronto que le Programme de projets de recherche concertée sur la santé (PRCS) investirait 15 millions de dollars dans 17 universités canadiennes. Ce programme appuie de nouveaux projets de recherche concertée qui procureront aux Canadiens des avantages en matière de santé, notamment des services de santé plus efficaces et le développement économique de secteurs liés à la santé. Les subventions accordées dans le cadre du Programme de PRCS visent à appuyer de nouveaux projets qui comportent des collaborations interdisciplinaires et qui auront un effet positif sur la santé des Canadiens. L'investissement de 15 millions de dollars appuiera des recherches de pointe dans des domaines comme le diagnostic et le traitement du cancer du sein, la détresse et les maladies respiratoires, les fonctions cérébrales, ainsi que d'autres types de diagnostic.

« À l'Université de Toronto, sept chercheurs se partageront un financement de plus de 3,2 millions de dollars. Trois de ces chercheurs s'efforceront de trouver des méthodes de détection plus précoce ainsi que des traitements moins effractifs du cancer du poumon, du sein et de l'ovaire. L'objectif à long terme de ces projets de recherche est d'améliorer la santé des patients souffrant du cancer au Canada et dans le monde entier », a affirmé le ministre d'État Goodyear.

« Cette année seulement, plus de 1 700 femmes perdront leur lutte contre le cancer de l'ovaire, une maladie insidieuse et dévastatrice. Ces femmes, ce sont les filles, les sœurs, les mères, les grands-mères ou les amies de quelqu'un. Le cancer de l'ovaire est communément appelé le tueur silencieux puisqu'il n'existe pas encore de tests de détection précoce, et que les personnes qui en sont atteintes n'ont souvent que très peu de symptômes et trop peu de temps devant elles », a rappelé le ministre d'État.

Le Programme de PRCS vise principalement à assurer la traduction de la recherche en résultats avantageux pour le système canadien de soins de santé. Les professionnels de la santé pourront se servir de nouvelles technologies pour mieux diagnostiquer et traiter des maladies sérieuses, tandis que les patients bénéficieront de soins de meilleure qualité et de meilleurs résultats.

« Notre gouvernement est très fier d'appuyer ces recherches ainsi que les chercheurs de calibre mondial œuvrant dans les domaines des sciences naturelles, de la santé et du génie. Je félicite les universités de Waterloo et de Toronto, ainsi que les 15 autres universités qui participent à ces recherches », a conclu le ministre d'État Goodyear.

En 2011, 34 candidats ont été retenus et ont reçu une subvention moyenne d'environ 150 000 $ par année, pour une période d'au plus trois ans, à l'appui de projets définis comportant des étapes-jalons et des points de décision clairement énoncés.

Les résultats du concours de 2011 du Programme de PRCS se trouvent sur le site Web du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

  • RSS
  • Partager
Date de modification :