Archivé — Pour une meilleure gestion de vos médicaments et un respect accru de l'environnement

Three Oaks Innovations Inc. est l'organe de commercialisation de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard (UPEI), une entreprise indépendante qui a pour mandat de gérer le transfert de la technologie et de la propriété intellectuelle de l'UPEI vers l'industrie, permettant ainsi de commercialiser d'excellentes idées.

« L'UPEI a connu une année très excitante sur le plan de l'innovation, a expliqué Sophie Thériault, directrice générale de Three Oaks Innovations Inc. Il y a toujours quelque chose de nouveau ici. Je travaille avec des chercheurs universitaires qui ont développé une technologie ayant un potentiel de commercialisation et des représentants d'industries à la recherche d'une technologie dans laquelle investir ou pour laquelle conclure un contrat de licence. Three Oaks Innovations permet de mettre des idées et des technologies sur le marché, et les gens commencent vraiment à le remarquer. »

« Three Oaks Innovations a joué un rôle essentiel dans la conclusion d'un contrat de licence entre l'UPEI et Nautilus, a indiqué Russ Kerr, président-directeur général de Nautilus Biosciences Canada et titulaire de la chaire de recherche du Canada sur les produits naturels marins à l'UPEI, qui est financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Ce contrat permet à Nautilus d'accéder à une technologie brevetée développée à l'UPEI. La concession de la licence en question a été un jalon important pour l'UPEI et Nautilus. »

Un exemple de projet géré par Three Oaks est celui visant le développement d'un plastique biodégradable et dirigé par Michael Shaver, professeur en chimie des matériaux écologiques à l'UPEI. Grâce à une subvention à la découverte versée par le CRSNG et à d'autres sources de financement, M. Shaver travaille au développement d'un outil en plastique pour l'industrie pharmaceutique qui permettra de dispenser des médicaments progressivement sur de plus longues durées.

« Le CRSNG a fourni le financement de base qui est essentiel à la recherche fondamentale, dit-il. Toute découverte pertinente sur le plan commercial est synonyme d'une grande quantité de travail, et le processus peut être court ou long. Nous menons notre projet depuis cinq ans et, enfin, les résultats de notre travail ont été publiés, nous avons obtenu des brevets et nous sommes en pourparlers avec des partenaires pour commercialiser notre produit. »

Michael Shaver, professeur de chimie des matériaux écologiques à l'UPEI, utilisant une boîte à gants afin de contribuer au développement d'un outil en plastique pour l'industrie pharmaceutique qui se dissoudra de façon à libérer progressivement un médicament.

M. Shaver, un chimiste des matériaux écologiques, travaille à remplacer les plastiques conventionnels par des plastiques non toxiques en développant des catalyseurs non toxiques, en éliminant les solvants et en prévenant la production de déchets dangereux. Ses travaux de recherche visent aussi à remplacer les produits dérivés du pétrole par des matières premières renouvelables. Le financement du CRSNG a été crucial pour le travail que M. Shaver a accompli dans le cadre de ce projet et d'autres projets.

« En général, une pilule ingérée se dissout rapidement et libère ainsi toute la dose de médicament qu'elle contient, explique-t-il. Nous développons un nouveau type de polymère, ou de plastique, à partir d'un polymère en étoile. Notre produit ressemble à une pelote de laine contenant de petites balles; la pelote se desserre et libère les petites balles à un rythme prédéterminé. » Une fois entièrement développée, cette technologie permettra à une personne de prendre une pilule qui contiendrait l'équivalent d'une semaine de médicament et qui libérerait les doses nécessaires aux moments voulus. Grâce à ce nouveau produit, il est possible de déterminer avec précision la rapidité de dissolution du polymère et le moment où le médicament est administré.

Lorsque ce produit se retrouvera enfin sur le marché, il pourra changer la façon dont les gens gèrent leurs problèmes de santé. « Notre produit pourra réduire le nombre de pilules qu'une personne doit prendre, explique M. Shaver. Par exemple, il permettra à une personne qui prend actuellement cinq pilules par jour d'en prendre une seule par semaine qui libérera les doses nécessaires aux bons moments. Le produit facilitera grandement la gestion des problèmes médicaux. »

Date de modification :