Archivé — Grâce à l'accréditation du CCN, les entreprises peuvent accroître leur efficacité énergétique et épargner de l'argent

Le Conseil canadien des normes aide les entreprises à gérer leur consommation d'énergie et à réduire leurs coûts

Le Conseil canadien des normes (CCN) offre maintenant une solution aux organisations qui souhaitent accroître leur efficacité énergétique, réduire leurs coûts et améliorer leur rendement énergétique, ainsi qu'aux organismes de certification qui veulent aider leurs clients à y parvenir.

Ces besoins sont au cœur du nouveau Programme d'accréditation des systèmes de management de l'énergie du CCN, qui vise à accréditer les organismes de certification selon la norme ISO 50001 – Systèmes de management de l'énergie – Exigences et recommandations de mise en œuvre, publiée par l'Organisation internationale de normalisation (ISO).

« Nous étions ravis de lancer récemment notre nouveau programme d'accréditation, affirme Chantal Guay, vice-présidente aux Services d'accréditation du CCN. ISO 50001 est en train de changer la mentalité du monde des affaires en matière de gestion de l'énergie. Des études montrent qu'elle pourrait avoir des répercussions positives sur environ 60 % de la consommation mondiale d'énergie. »

Prévoyant des exigences quant aux systèmes de management de l'énergie, ISO 50001 fournit aux organisations publiques et privées un cadre pour l'élaboration de stratégies de gestion visant à accroître l'efficacité énergétique, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à réduire les coûts et à améliorer le rendement énergétique. Elle a été adoptée par le Groupe CSA, qui l'a publiée comme Norme nationale du Canada (CAN/CSA-ISO 50001).

« Sa mise en œuvre permet aux organisations d'améliorer leur rendement énergétique, ce qui influe directement sur leurs résultats. »

Des économies d'énergie considérables

La certification ISO 50001 a été délivrée à environ 190 organisations réparties dans quelque 26 pays. « Les organisations qui ont instauré un système de management de l'énergie ont fait état d'économies d'énergie considérables de l'ordre de 10 à 20 % dans les cinq années suivant leur mise en œuvre d'un tel système », explique Carol Buckley, directrice générale de l'Office de l'efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada (RNCan).

« Beaucoup d'autres pays prévoient adopter ISO 50001; elle devient rapidement la référence mondiale quant aux systèmes de management de l'énergie et démonte le mythe voulant que l'énergie soit une dépense fixe, ajoute-t-elle. Sa mise en œuvre permet aux organisations d'améliorer leur rendement énergétique, ce qui influe directement sur leurs résultats. »

Mme Guay affirme pour sa part que « si on considère la hausse des coûts de l'énergie et la pression croissante exercée sur les organisations afin qu'elles réduisent leur empreinte écologique, il va de soi que de plus en plus d'organisations dans le monde se conformeront à ISO 50001. Sans compter que les biens et les services offerts par les organisations écoresponsables occupent une place enviable sur le marché ».

Des secteurs clés à accréditer

Le nouveau programme d'accréditation du CCN visera les organismes de certification actifs dans l'industrie et des secteurs clés comme les bâtiments commerciaux, les transports, les établissements institutionnels et l'approvisionnement en énergie. Plus précisément, le programme s'adresse aux organismes de certification canadiens et étrangers.

C'est en juin 2011 qu'a été lancée la norme d'application volontaire ISO 50001, qui était attendue avec impatience. Ses principaux avantages sont présentés dans une brochure de l'ISO, Gagner le défi de l'énergie avec ISO 50001. Par l'intermédiaire de l'Office de l'efficacité énergétique de RNCan, le gouvernement fédéral offre une assistance à coûts partagés aux entreprises industrielles qui souhaitent mettre en œuvre la norme.

L'une des dix normes internationales les plus demandées

« ISO 50001 suscite énormément d'intérêt, car les organisations peuvent en voir les avantages concrets, souligne Mme Buckley. En mai 2012, soit moins d'un an après son lancement, elle faisait déjà partie des 10 normes les plus demandées dans le monde, parmi quelque 19 023 autres. »

« En suivant la structure éprouvée Planifier, faire, vérifier, agir de la norme ISO, les organisations amélioreront continuellement leur rendement énergétique année après année, ajoute-t-elle. Cela leur permettra de renforcer leur compétitivité, et c'est le consommateur qui, au final, profitera des économies réalisées. »

Le Programme d'économie d'énergie dans l'industrie canadienne (PEEIC) a été l'un des principaux instigateurs d'ISO 50001. Il s'agissait d'un objectif important pour le Canada, car celui-ci ne disposait pas de normes sur la gestion de l'énergie, contrairement à plusieurs autres pays industrialisés. Le Canada compte parmi les 38 pays ayant participé à l'élaboration d'ISO 50001.

La chaîne d'approvisionnement et les premiers adhérents

« Le CCN prévoit que pour cette norme, comme pour la plupart des normes, on recourra probablement à la chaîne d'approvisionnement afin d'obtenir une vérification indépendante (certification) d'ISO 50001, explique Mme Guay. Il s'agirait d'une décision d'affaires prise par l'intermédiaire de la chaîne d'approvisionnement. »

Les premières organisations qui ont adopté cette norme sont des entreprises de premier plan qui cherchent à améliorer leur rendement énergétique et leur compétitivité. Leurs principales préoccupations sont les coûts de l'énergie, les exigences liées à la chaîne d'approvisionnement et le profil d'entreprise, qui englobe la responsabilité sociétale.

ISO 50001 s'adresse à toute organisation voulant se démarquer de la concurrence, particulièrement sur le marché mondial.

Des économies manifestes

Mme Buckley estime que l'une des grandes forces d'ISO 50001, c'est qu'elle rend les économies d'énergie évidentes pour tous les membres d'une organisation, même les cadres supérieurs. « Une organisation peut suivre les avantages qui découlent de l'application de la norme, explique-t-elle. Elle n'a donc pas à se préoccuper des coûts initiaux ni du temps nécessaire pour instaurer le système ou en évaluer l'utilité. »

Selon Mme Guay il est essentiel pour les organisations de mettre au point un système de management de l'énergie, mais aussi de recevoir une attestation de conformité à ISO 50001. « À cette fin, une certification accréditée par le CCN est beaucoup plus avantageuse qu'une autodéclaration, précise-t-elle, car en recourant à l'autodéclaration, l'organisation pourrait ne pas obtenir les résultats attendus. Il risque de s'ensuivre une perception erronée de la valeur réelle de la norme. »

Le CCN a officiellement lancé son nouveau Programme d'accréditation des systèmes de management de l'énergie lors de l'activité qu'il a accueillie le 12 octobre à l'occasion de la Journée mondiale de la normalisation 2012.

L'organisme se fera un plaisir de discuter avec ses intervenants des avantages de son nouveau programme.  Pour obtenir un complément d'information, veuillez communiquer avec Mairy Sanz, gestionnaire client, Accréditation des organismes de certification, au CCN, par courriel à msanz@ccn.ca ou au 1 613 238 3222, poste 481.

Date de modification :